05 mai 2006

Fin de soirée

21h50 : bruits de petites cuillères venant de la salle commune. Mais oui !la tisane du soir n’est pas plus un mythe que le thé du goûter !gééééééééééééénial !je file rejoindre les autres et déguste une infusion verveine-menthe en lisant « La part de l’autre » de E.Schmidt. Puis une deuxième parce que l’eau chaude est en libre service. Allah ! Je revis !mon moral remonte en flèche, mes thés et infusions, c’est primordial à mon équilibre. Et puis j’ai tout le temps froid, ça me réchauffe l’air de rien. J’ai l’air moins bête que l’autre courant d’air scotché au radiateur...

A côté, visage de cire et fac de bio commentent un magazine de vente par correspondance d’objets aussi farfelus qu’inutiles. Le genre de produits qui peuvent paraître utiles à la lecture de la description élaborée et élogieuse mais qui se révèlent bien chers pour l’usage qu’on en fera finalement…le réveil parlant, le gant de jardinage indéchirable, le briquet/lampe de poche, les chaussons anti dérapant, etc…Elles ont l’air de trouver tout ça absolument délirant ! on s’amuse comme on peut…

            Arrive ensuite une jeune fille toute fine nommée Jessica. On m’explique qu’elle travaille la journée et ne rentre que le soir pour dîner et dormir ici. C’est une patiente du docteur V. qui souffrait d’anorexie restrictive, mais est désormais « guérie ». Elle a juste besoin de se retaper un peu car elle est fatiguée ces temps ci, et vient donc faire une petit cure dans le service. Chanceuse va !

            Je fini par m’exiler dans ma chambre.

Douche dans ma salle de bain en libre service. (ah ah ah !quel luxe !)Evidemment, vu la configuration de la douche dont les paravents sont inexistants, il n’y a pas que moi qui profite du jet brûlant... Tant mieux, si ça peut réchauffer un peu la pièce. Pourvu que tout ne moisisse pas ! Les hôpitaux de Paris seraient capables de m’attaquer pour dégradation de matériel...

Impossible de réussir à m’endormir. Le lit est inconfortable, j’ai froid, je refuse de bouger, de me tourner sur le ventre, pourtant la seule position dans laquelle j’arrive à m’assoupir, je le sais bien ! Mon esprit vagabonde dans un demi-sommeil...

            Soudain un faisceau lumineux est dirigé sur moi à travers la petite fenêtre de ma porte. Sûrement l’infirmière de nuit, j’en profite pour la héler et lui demander une couverture supplémentaire. Elle revient 5 minutes plus tard, accompagnée de sa collègue. Elles parlent bruyamment dans le couloir, sans se soucier apparemment de réveiller quelqu’un…Quelle douce intention !

Pas de couverture en rab, mais elles me rajoutent des draps supplémentaires. La bonne affaire ! L’une d’elle allume la lumière et m’annonce que j’ai des médicaments à prendre. A cette heure ci ? Comme ça tout d’un coup ? Vi, pour « m’aider à m’endormir et pour me détendre ». Je suis plus que réticente, je refuse carrément quand elle m’apprend que l’un d’eux est un somnifère et l’autre un antixiolitique. "Mais c’est le médecin qui vous l’a prescrit !" Pas au courant, elle ne m’a rien dit, pas question que j’y touche !! Si c’est pour ressembler aux autres, passer ma journée à somnoler ou devenir léguminesque, non merci !Merde, je dois avoir l’esprit clair et dispo moi, j’ai du boulot à abattre ma bonne dame !

Je fini par tomber dans un sommeil léger, je me réveille souvent, j’entends à nouveau le défilé militaire très cadencé de la pluie dans la gouttière, je passe une mauvaise nuit…ma première nuit, wahoo, encore 5 à tirer…

Posté par zabouh à 07:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Fin de soirée

Nouveau commentaire